Café littéraire du 12 décembre 2011

Spécial Noël...

...mais sans chocolats, ils ne seront pas oubliés à la rentrée, rendez-vous aux amateurs de mots et de cacao!

  Une fois n'est pas coutume, Manon nous a présenté une bande dessinée: Maus, d'Art Spiegelman. L'auteur se met lui-même en scène pour raconter la recherche du passé de son propre père, survivant du ghetto de Varsovie et d'Auschwitz. Les Juifs sont représentés par des souris, les Nazis par des chats, etc. L'auteur compose un document historique précis et terrifiant mais aussi une autobiographie dans laquelle se dessinent des rapports difficiles entre le fils et le père à l'ombre de ce passé.

Disponible au CDI (en ce moment, sélection de bandes dessinées historiques à l'entrée à droite)

  La Deuxième Guerre Mondiale est aussi le sujet du deuxième livre de la journée: Le Sergent dans la Neige de Mario Rigoni Stern. Quelques lignes sur l'un des classiques de la littérature contemporaine italienne:

"A 14 ans, Mario quitte l'école, travaille avec ses parents. Lui qui est né une paire de skis aux pieds rêve de devenir guide de montagne. Un jour de novembre 1938 - à 17 ans pile, un gosse ! - il s'engage à l'Ecole militaire d'alpinisme d'Aoste. Quelques mois après, c'est la guerre. Encore. Sa tendre neige va devenir champ de bataille mais aussi champ d'exploration littéraire. Le petit soldat emporte dans son barda deux livres, un Dante « toujours », une anthologie de poésie « très bien imprimée », un carnet et un crayon. Et il consigne. Son quotidien, celui de ses camarades. Sans rien comprendre à cette guerre, et sans haine, il est de tous les fronts : français, albanais, russe (au côté des Allemands, alliés de l'Italie). Après l'armistice du 8 septembre 1943, il est capturé par les mêmes Allemands - l'Histoire est ironique ! -, envoyé dans un camp (un lager) en Lituanie, où il se lie avec des prisonniers russes, ceux-là mêmes qu'il avait combattus. Puis s'évade, s'en retourne chez lui. A pied... Il touche Asiago, ruines et misères, en avril 1945. Et il écrit. Le livre raconte ce retour." (Source: Telerama.fr)

Laura nous présente ensuite: Treize petites enveloppes bleues, de Maureen JOHNSON, qui était inscrit au prix Jean II Marcel il y a quelques années et qui avait déjà beaucoup plu.

A la mort de sa tante Peg, Ginny reçoit une étrange mission, ouvrir treize petites enveloppes au fur et à mesure de ses voyages.  Mais il y a certaines règles:
"Règle n° 1 : Tu ne peux emporter que ce qui tiendra dans ton sac à dos. Règle n° 2 : Tu ne dois emporter ni guides de voyage ou de conversation, ni aucune aide pour les langues étrangères. Règle n° 3 : Tu ne peux pas prendre d'argent en plus, ni de carte de crédit, de chèques de voyage, etc. Règle n° 4 : Pas d'expédients électroniques. Ce qui signifie pas d'ordinateur portable, de téléphone portable, de musique, d'appareil photo. C'est tout ce que tu as besoin de savoir pour l'instant. Rendez-vous à la Quatrième Nouille. " (quatrième de couverture). De rencontres en découvertes, elle apprendra beaucoup sur le monde et sur elle-même. Un livre que l'on suit comme une chasse au trésor et dont le personnage est attachant.

Disponible au CDI

Mme CALVEZ partage sa dernière lecture: LE CLEZIO, Histoire du pied et autres fantaisies.

C'est un recueil de nouvelles, les sujets sont variés, des quatre coins du monde: Ujine vit à Paris une histoire d'amour qu'elle croit être celle de sa vie, deux jeunes filles traversent une guerre civile grâce aux forces d'un arbre mystérieux, un couple du Sénégal se déchire car l'appel de l'Europe est trop fort...Comme tout recueil de nouvelles, on en préfère à d'autres mais l'ensemble est plutôt enthousiasmant. Les raisons d'aimer Le Clézio sont les mêmes que d'habitude:  des personnages émouvants qui ont toujours une force et un espoir auxquels ils s'attachent,  le goût de l'ailleurs et du voyage, un certain regard sur la femme et l'enfance, et la mer...

On se retrouve à la rentrée, en 2012, avec plein de nouvelles idées..

Bonnes fêtes de fin d'année et bonnes lectures!

 

 

 

Modifier le commentaire 

par ELEN CALVEZ le 27 nov. 2012 à 09:45

haut de page