Café littéraire du 14 mars 2013

Parenthèse russe ... avec thé et biscuits dans le thème

La mouette de Tchekhov, a inspiré plusieurs participants pendant les vacances...

Jeune dramaturge qui aimerait révolutionner le théâtre, Trépliev écrit une œuvre novatrice interprétée par Nina, une comédienne qui rêve de gloire et dont il est amoureux. La représentation a lieu dans la propriété de Sorine, un vieillard qui n'a pas su réaliser ses désirs les plus simples, en présence de la mère de Trépliev, actrice célèbre, et de son amant Trigorine, auteur réaliste de renom. La pièce est un échec et Nina abandonne Trépliev pour suivre Trigorine, qui l'abandonnera à son tour... Ici, point de héros grandiloquents, nulle action spectaculaire, mais des personnages émouvants qui, au fil de dialogues ténus, laissent entendre leur drame - celui de l'indécision et de l'inachèvement. (présentation de l'éditeur)

La musique d'une vie, Andrei Makine

Le premier concert du jeune pianiste Alexeï Berg est annoncé pour le 24 mai 1941. C'est un événement magique qui se prépare -la porte ouverte à de nouvelles fréquentations parmi la jeunesse dorée de Moscou, la fin des années de terreur, la puissance d'évasion de la musique, la célébrité... Or, non seulement ce concert n'aura pas lieu, mais Alexeï va devoir fuir de plus en plus loin. Sa vie se jouera désormais sur une partition différente, marquée par l'amour sans nom, par la familiarité avec la mort, par la découverte de la dignité des vaincus. Car ce « roman-destin » est d'abord un éloge de l'indomptable force de l'esprit. Et par conséquent une réhabilitation -tout en nuances- de l'homme russe, de sa capacité de résistance intérieure.

La steppe, dans un receuil de 3 nouvelles de Tchekhov 

Les trois nouvelles qui composent ce recueil jalonnent trois étapes décisives de la vie et de l'œuvre d'Anton Tchékhov. La Steppe marque son entrée dans la littérature, Salle 6 sa rupture avec la doctrine tolstoïenne de la non-résistance au mal, L'Evêque l'imminence de la mort. Dans la première nouvelle, l'immensité de la steppe russe est vue à travers le regard d'un enfant qui entreprend un long voyage, sur des chars à bœufs, vers le lointain lycée qui l'attend, vers une vie inconnue.

  

Un récit fantastique :

 

Détails sur le produit

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

Dans le Moscou des années trente, deux écrivains discutent sur un banc, dans un jardin public. Jésus a-t-il réellement existé ? Tel est le thème de la discussion. Tout à coup, se produit un mouvement de l'air, et un personnage est là, assis sur le banc voisin, qui se mêle bientôt à leur conversation. Etranger ? Espion ? Ou intrus simplement ? L'inconnu montre ses papiers : il est en règle. Il est, dit-il, un professeur venu en consultation. Mais, curieusement, il a un don de vision et lit dans l'avenir. Peu après, l'un des écrivains meurt comme il l'avait prédit ; le second devient fou - c'était aussi prédit. L'inconnu, c'est le Diable, en visite dans le monde socialiste...

Le rêve d'un homme ridicule de Dostoïevski

Un homme blasé de la vie, blasé de tout, décide d'acheter une arme? La range dans un tiroir...

Une petite fille rentre dans sa vie, demande de l' aide... il s'en détourne...

Une nouvelle qui place "l'homme" face à sa propre mort. 

 

 Les nouvelles de St Pétersbourg de Gogol : le journal d'un fou

  Quatrième de couverture :

«L'assesseur de collège Kovaliov se réveilla d'assez bonne humeur. Il s'étira et se fit donner un miroir dans l'intention d'examiner un petit bouton qui, la veille au soir, lui avait poussé sur le nez. À son immense stupéfaction, il s'aperçut que la place que son nez devait occuper ne présentait plus qu'une surface lisse ! Tout alarmé, Kovaliov se fit apporter de l'eau et se frotta les yeux avec un essuie-mains : le nez avait bel et bien disparu !... Il s'habilla séance tenante et se rendit tout droit chez le maître de police.» Kovaliov retrouvera son nez à la suite d'aventures fort étranges.

  

Un musicien déchu, Tolstoï 

Au cours d’une soirée où la meilleure société de 
Pétersbourg essaie de tromper son ennui, un vagabond 
sentant l’alcool et la crasse fait irruption au milieu des 
danseurs et s’empare d’un violon. Dès les premières 
notes, il se révèle être un musicien de génie et transporte 
l’assemblée dans un monde de fantasmagories 
étranges. Fasciné, un jeune homme décide de l’aider 
à renouer avec sa carrière brisée. En vain. Déchiré par 
un amour impossible, l’artiste extravagant est déjà 
ailleurs... 
S’inspirant de la figure d’un pianiste allemand qu’il 
rencontra, Tolstoï brosse un étonnant portrait d’artiste. 

Voilà pour l'escapade russe !!!

En marge de celle-ci, un petit détour avec :

Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald, dont l'adaptation cinématographique arrive bientôt dans les salles obscures...

Un personnage mystérieux, grand classique américain des années 1920.

A retenir : l'ouvrage en bande dessinée dans un contexte contemporain.

Détails sur le produit

Gatsby le magnifique de Benjamin Bachelier, Stéphane Melchior-Durand

Dans la Chine des années 2000, Nick Carraway, petit architecte, s'installe à Shangaï. Non loin de lui vivent Tom et Daisy Buchanan, la cousine de Nick, ainsi qu'un jeune millionnaire, Jay Gatsby. Sa villa luxueuse est le théâtre de fêtes somptueuses où se côtoient le pire et le meilleur de la société chinoise. Invité à son tour, Nick devient l'ami et le confident de Gatsby. Il apprend que derrière ces fastes se cache un passé trouble mais surtout le désir impérieux de reconquérir Daisy, perdue quelques années auparavant.
Entre ces personnages, l'étau se resserre jusqu'à l'inexorable et tragique dénouement.

 

Rendez-vous jeudi 28 mars, 13 heures !

Thème libre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modifier le commentaire 

par SYLVIE CUCALA le 18 mars 2013 à 16:12

haut de page