Café littéraire du 17 janvier 2013

Aujourd'hui, ça dure moins de temps à cause d'une sortie théâtre, mais il y a plein de monde!! On se pousse un peu, on ramène des chaises, et c'est parti...

Wajdi MOUAWAD, Incendies.

Il nous plaît bien celui-là, on en avait déjà entendu parler.. C'est le troisième d'une tétralogie théâtrale, mais on peut les lire de façon indépendante. Une mère laisse à sa mort à ses deux enfants, des jumeaux, deux lettres: l'une pour leur père, l'une pour leur frère dont ils ignoraient l'existence. Ils retournent dans le passé de leur mère, dans un pays en guerre (le Liban de l'enfance de l'auteur?) et découvrent peu à peu la vérité.

C'est tragique, on vous le dit tout de suite, mais c'est très fort et ceux qui l'ont lu sont unanimes pour le conseiller. Ceux qui ont vu le film sont aussi enthousiastes.

A noter: les élèves de la section théâtre joueront cette pièce au théâtre de la Maison du Peuple le Jeudi 4 avril à 20h30.

Disponible au CDI

Jérôme FERRARI, Sermon sur la chute de Rome

C'est le Goncourt, Manon nous le présente:Deux jeunes gens, qui avaient quitté leur Corse natale pour suivre des études de philosophie à Paris, y reviennent pour reprendre le bar du village. Ils veulent rendre heureux les gens qui les entourent. S'invitent au comptoir les histoires des parents et des grand-parents. Beaucoup d'enthousiasme pour cette lecture, qui invite à réfléchir et qui est aussi remarquable pour le style.

Sur le site de l'éditeur "Actes Sud":
"Entrant, par-delà les siècles, en résonance avec le sermon par lequel saint Augustin tenta, à Hippone, de consoler ses fidèles de la fragilité des royaumes terrestres, Jérôme Ferrari jette, au fil d’une écriture somptueuse d’exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s’effondrer les mondes qu’ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d’échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies."
 

Anna GAVALDA, Ensemble c'est tout.

 A plusieurs voix, est évoqué ce roman d'Anna Gavalda, connu aussi pour son adapation cinématographique. Les deux ont remporté un certain succès. Les lecteurs présents qui l'avaient lu l'ont apprécié: quatre personnages qui n'ont a priori rien en commun,à part l'isolement, vont se rencontrer et passer un bout de chemin ensemble... c'est tout. Il y a une jeune fille,une vieille dame, un aristocrate, un cuisinier. C'est plein de tendresse, "feel good" et optimiste.

On rebondit sur le recueil de nouvelles Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part. Les avis sont plus partagés; mais ceux qui ont lu les deux disent que la plume y est plus acide que dans le roman.

Disponible au CDI

Ca y est, c'est fini, on va partir pour le théâtre. A bientôt pour de nouvelles lectures.

 

Modifier le commentaire 

par ELEN CALVEZ le 26 févr. 2013 à 16:10

haut de page