Café littéraire du 28 mars 2013

 

Aujourd'hui, les élèves de première sont à Albi ; le café littéraire se déroule donc en petit comité …

Pas de thème particulier, mais une ambiance particulièrement détendue (et sympathique) !

Mme Cucala nous présente deux romans de Jean Teulé :

 

Les lois de la gravité (adapté récemment au cinéma par Jean-Paul Lilienfeld sous le titre « Arrêtez-moi ! », avec Sophie Marceau et Miou-Miou)

Un soir, une femme se présente au commissariat et demande à être arrêtée pour le meurtre de son mari violent, commis dix ans auparavant. À l'époque, tout le monde a cru à un suicide et elle n'a pas été inquiétée. Cependant, à quelques heures de l'expiration du délai de prescription de son crime, rongée par les remords, elle veut se dénoncer. À mesure que l'interrogatoire avance, le policier trouve des arguments pour expliquer et justifier son geste, et refuse de l'arrêter...

 

Le magasin des suicides (également adapté, cette fois sous la forme d'un film d'animation, par Patrice Leconte en 2012)

Un roman d'humour noir, très grinçant... La famille Tuvache tient un commerce un peu particulier : on y trouve toutes sortes d'accessoires et outils servant à mettre fin à ses jours. Lucrèce et Mishima Tuvache ont déjà deux enfants, Marylin et Vincent, lorsque naît le petit dernier de la famille, Alan. Dans cet univers sombre et triste, Alan apporte quelque chose de nouveau et effrayant : la joie de vivre...

 

Emma nous parle d'un autre roman de Jean Teulé, Mangez-le si vous voulez, inspiré d'une page sombre de l'histoire de France. Le 16 août 1870, en pleine guerre franco-prussienne, Alain de Monéys, jeune aristocrate du Périgord, est lynché, torturé puis brûlé vif par plusieurs centaines de villageois devenus fous, l'accusant d'être républicain et de supporter la Prusse. Au lendemain de la mise à mort de cet homme que tous connaissaient (et savaient innocent des accusations portées contre lui), une fois l'hystérie collective retombée, tous se posent la même question : "Pourquoi a-t-on fait ça ?"

 

Après cette page « Jean Teulé », d'autres conseils de lecture :

 

Robert Merle, Les hommes protégés

Théophile nous le présente. Aux Etats-Unis, un mystérieux virus qui s'attaque au système nerveux, l'encéphalite 16, décime la population masculine. Lorsque le président est touché par la maladie et meurt, il est remplacé par une femme qui instaure une société matriarcale qui prône la haine des hommes. Parmi ces derniers, certains, scientifiques notamment, sont « protégés » car considérés comme utiles du fait de leurs qualités intellectuelles. Enfermés dans une « zone protégée », ils sont certes à l'abri de l'épidémie, mais aussi victimes de brimades, exploités et privés de toute liberté. C'est le cas du narrateur, le Dr Martinelli, un chercheur à l'origine des premiers travaux sur l'encéphalite 16. Rapidement convaincu que les résultats de ses recherches ne seront pas utilisés par le pouvoir en place pour éradiquer le virus, il organise une résistance. Une réflexion sur le pouvoir, les rapports hommes-femmes, le racisme, l'extrémisme, servie par une écriture qui soigne les descriptions de personnages (souvent drôles).

 

Pouchkine, La dame de pique

M. Bou revient sur l'escapade russe du dernier café littéraire pour ajouter cette nouvelle aux conseils de lecture. Une œuvre très fine (dans tous les sens du terme), autour du jeu, de l'amour et de la mort. Si le début a un air de déjà lu (un jeune officier et une jeune suivante tombent amoureux l'un de l'autre), l'intrigue devient étonnante au fil de la lecture.

 

Baudouin nous parle d'une des ses dernières lectures :

Michael Scott, Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel

Une série de romans SF/fantastiques en 6 tomes, dont le point de départ est inspiré du mythe de Nicolas Flamel et de la pierre philosophale.

« Josh, 16 ans, travaille dans une petite librairie tenue par un couple, Nicolas et Perenelle. Un jour,
quatre hommes débarquent et détruisent la boutique au moyen d'étranges pouvoirs. Nicolas riposte, usant lui aussi de la magie, mais il ne parvient pas à empêcher les hommes d'emporter un vieux livre. Josh et sa soeur jumelle, Sophie, découvrent alors la véritable identité du libraire : il s'agit de Nicolas Flamel, le célèbre alchimiste du quatorzième siècle. Lui et sa femme ont vécu jusque là grâce au livre volé, qui contient la recette de l'élixir de vie. D'après Nicolas, Josh et Sophie sont les jumeaux de la prophétie, ceux qui pourront reprendre le livre des mains de John Dee, un sombre magicien allié à des créatures immortelles plus sombres encore… Mais si l'alchimiste se trompait?
Non seulement il mourrait, mais le monde basculerait dans une ère de ténèbres infinies. » (Présentation de l'éditeur)

 

Christophe Léon, Dernier métro

Daniel, un lycéen de 16 ans, vit seul avec son père. Sa sœur Louise a quitté la maison après avoir assumé le quotidien pendant les quelques années qui ont suivi la mort de sa mère. Son père, Maurice, ouvrier à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt, est un fervent militant communiste. L'histoire se déroule en 1962, pendant les événements de la guerre d'Algérie. Les manifestations contre les attentats de l'OAS et pour la paix en Algérie se multiplient à Paris. Interdites par le gouvernement, elles sont violemment réprimées. Daniel, pour imiter son père qu'il admire, s'inscrit en cachette aux jeunesses communistes. Le 8 février 1962, père et fils manifestent ensemble pour la première fois. Christophe Léon raconte les événements dramatiques du métro Charonne à travers le regard d'un adolescent de 16 ans en pleine découverte de l'engagement politique. Un roman poignant.

 

À bientôt pour de nouvelles lectures à partager !

Modifier le commentaire 

par MANON LENA le 17 avr. 2013 à 11:09

haut de page