1915 : Seconde bataille de Champagne (Bertrand Andréa-Aubry Joé)

La seconde bataille de Champagne 1915

 

(Source : http://chtimiste.com/batailles1418/1915champagne2.htm ; Site réalisé par un passionné)

 

(Source : http://combattant.14-18.pagesperso-orange.fr/ParcoursMobilises/MichelArmand/AM07.html ; Site d'Arnaud Carobbi, passionné)

 

Cette photographie nous montre l'intensité de l'offensive dont les français ont pris l'initiative.

(Source : http://www.france-histoire-esperance.com/25-septembre-1915-seconde-offensive-de-champagne/ ; Site dédié à l'histoire de France)

________________________

      Après un an de guerre, les soldats allemands se sont enterrés dans un réseau de tranchées très organisé et fortement armé. Afin de faire cesser l'enlisement du front et de le rompre, le général Joffre va lancer une puissante offensive en décembre 1915 : la seconde bataille de Champagne. Elle est longuement préparée : des tranchées et des places d'armes ont été creusées (de nuit, pour ne pas alerter l'ennemi), environ 2000 pièces d'artilleries ont été mobilisées ainsi que 33 divisions, provenant de la 2ème et la 4ème Armée française (ce qui représente presque 500 000 hommes, provenant de deux armées et massés sur 25 kilomètres). La présence du 122ème régiment d'infanterie est à noter. L'observation aérienne prend également une place importante. De nouveaux équipements vont être utilisés, tels que la grenade à fusil. Durant la bataille, la cavalerie va être sollicitée pour la dernière fois. Les soldats reçoivent le nouvel uniforme bleu horizon, cela améliore le moral des troupes, miné par les nombreuses pertes humaines.

Cette attaque a été coordonnée avec une seconde offensive en Artois.

 

Dès le 22 septembre 1915, les français bombardent l'armée allemande, et ce, durant 3 jours et 3 nuits. Le but est de préparer le terrain pour l'infanterie. Au total, près d'un million d'obus de tous calibres vont être lancés. La peur reigne chez les soldats allemands, ils sont coupés de l'arrière.

Le 25 septembre à 9h15, sous un ciel gris, les français partent à l'assaut. La première ligne allemande est prise facilement, au niveau de Beauséjour notamment, grâce au puissant bombardement. Le village de Tahure, en territoire allemand, est atteint par un régiment, mais celui-ci bat en retraite après une contre attaque ennemie.

Le 26, l'armée française arrive à border la seconde ligne sur 14 kilomètres, elle fait de nombreux prisonniers et une grande quantité de matériel tombe entre ses mains.

Malgré de multiples assauts meutriers jusqu'au 29 septembre, la seconde ligne allemande n'est pas franchie (bien qu'une brêche ait été faite le 28, mais sans résultats).

Afin de préparer une nouvelle offensive d'ensemble, un temps d'arrêt est marqué.

Le 6 octobre, les combats reprennent, Tahure est reprit avec 500 prisonniers. Des tranchées sont conquises, on s'empare du bois de la Brosse-à-dents.

Le 9 octobre, le général Joffre décide de faire cesser la bataille. Le bilan est dramatique sur le plan humain : 180 000 soldats blessés, tués et prisonniers du côté français, et 140 000 du côté allemand. Le front français a avancé de 3 à 4 kilomètres, sur des teritoires réputés imprenables. Il n'y a pas de réelle percée mais s'est une réussite d'un point de vue logistique.

(Sources : http://chtimiste.com/ ; http://www.quemeneven1418.org/seconde-bataille-de-champagne/ Site d'un projet visant à collecter des informations sur les soldats décédés de la commune de Quéménéven)

Bertrand Andréa - Aubry Joé
Modifier le commentaire 

le 05 juin 2015 à 13:47

haut de page