article de Lucie MORA -titre à modifier)

Mary F. CALVERT, photographe française ayant exposé au festival de photojournalisme Visa pour l'image, se déroulant à Perpignan, attire notre attention avec son thème « Une lutte sous silence ». La lutte dont elle nous parle n'est pas peu commune : le viol des femmes dans l'exercice de leur fonction, et ici en particulier, dans l'armée américaine. Durant une année, Mary F. CALVERT a voyagé aux États-Unis dans l'espoir de faire sortir du silence ces femmes dont la vie a été bouleversé. Et, elle n'est pas revenu bredouille, mais avec une série de photos illustrant la vie de ces victimes. Cette série a d'ailleurs permis à M.F. CALVERT de recevoir le prix CANON de la femme photojournaliste, décerné par l'AFJ, ou Association des Femmes Photojournalistes.
    La photo ci-dessous fait partie de cette série, et elle n'a pas de titre. On peut y voir une femme, Jennifer Norris, les yeux remplis de larmes qui prononce un discours lors d'un procès. Ce procès est le résultat de la plainte qu'elle a émise après s'être fait droguer puis violer par son recruteur, peu de temps après avoir rejoint l'armée de l'air. Elle se trouve devant un auditoire dans lequel se trouve la commission des forces armées de la Chambre des représentants au Capitole, ainsi que le prouve la légende.
    Le format de la photo est rectangulaire. Le cadrage est un plan moyen. On peut distinguer très nettement le visage et les larmes de Jennifer Norris. Ce plan nous permet de lire dans le regard de la victime, le courage face à la douleur de cette épreuve. La photo prise frontalement force nos yeux à être au même niveau de ceux de cette femme, et à faire face à cette réalité. Au premier plan, à droite se trouve J. Norris, et à gauche nous pouvons voir une feuille et un micro, sûrement celui avec lequel elle s'adresse à la commission en prononçant son discours. L'arrière plan, lui, est flouté, ce qui met en valeur et attire notre attention sur J. Norris. La photographe a choisi de faire sa photo en noir et blanc, peut-être pour accentuer l'effet dramatique de cette scène. La photo est centrée sur le visage de J. Norris. Sur cette image, on peut distinguer les larmes d'une femme, et chacun ressent une émotion différente en la regardant ; mais si nous n'avions pas eu la légende, aurions nous ressenti la même chose devant cette photo, aurions nous pensé aux raisons qui la mettent dans cet état ?
    Malheureusement, J. Norris n'est pas la seule victime. Environ 26000 femmes ont été violées dans l'armée cette année, et très peu d'affaires arrivent en justice. Et le fait que l'armée soit un milieu d'hommes n'arrange pas les choses ; au milieu de ce machisme, les femmes ont peur, honte de ce qui leur est arrivée,et n'osent pas protester car elles reçoivent très peu d'aide de la part de leur collègues. Souvent les procès ne font pas au bout, car les coupables nient et sont parfois même défendus par leurs compagnons. Alors, de peur d'être raillée par le sexe opposé, ces femmes s'enferment dans le silence et les conséquences sont graves : dépression, dépendances à l'alcool ou la drogue, et même jusqu'au suicide pour certaines.

Modifier le commentaire 

par MARIE-NOELLE FALC le 01 oct. 2014 à 22:02

haut de page