En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Journal-littérature et société

La joie des Somaliennes

Par Thifaine HOLZER, publié le mardi 6 octobre 2015 15:44 - Mis à jour le mardi 6 octobre 2015 15:44

          Cette photographie représente des femmes qui agitent le drapeau national lors de la fête de l’indépendance du pays. Cette photographie au format rectangulaire, n'est pas centrée sur un point précis vue qu'elle met en scène, sur un plan d'ensemble, des femmes vêtues de djellabas colorées. Les couleurs dominantes sont le orange, le jaune et le bleu. On remarque la couleur bleue au centre de la photographie plus particulièrement car c'est une couleure froide parmi le jaune et le orange.

 

          Cette photographie a été prise le 1er juillet 2012 en plein jour à l'extérieur donc à la lumière naturelle qui fait notamment ressortir d'avantage les couleurs. Les couleurs sont d’ailleurs vives et saturent toute la photographie. On peut remarquer certaines lignes horizontales car les femmes sont alignées et serrées les unes contre les autres ce qui ne laisse aucune place pour apercevoir le sol.

 

          Au premier plan on voit des femmes, qui est ce qu'on remarque le plus sur la photographie, mais à l’arrière plan on peut aussi apercevoir des hommes et des enfants qui les regardent. On ne peut distinguer leurs émotion contrairement à celle des femmes qui montrent une certaine joie, notamment grâce à leur sourire et leur manière de se tenir, c'est-à-dire qu'elles se tiennent droites et certaines tendent leurs bras en l'aire, surtout pour tenir les drapeaux mais aussi pour exprimer leur enthousiasme et leur passion envers cette fêtes. En bref, elles paraissent simplement heureuse et souriante.

 

           J'ai choisi cette photographie car c'est la première que j'ai remarquée en entrant dans le festival, mais aussi car j'ai été attirée par les couleurs vives et la joie parmi toutes les photographies de violence que l'on a pu voir a travers tout ce festival.

                                               

                                                                                                                                         Thifaine HOLZER - 2°5

Pièces jointes
Aucune pièce jointe