Policier essayant de protéger une officière de police accusé d'avoir tiré sur un protestant par VEYRES Candice

Catégorie : 2015-2016

Three Times No

                                                                                          Goran TomasevicUn policier essayant de protéger une officière de police accusé d'avoir tiré sur un protestant à Burundi le 12 Mai 2015.

 

 

Cette photo a été prise par Goran Tomasevic au Burundi en Afrique en mai et en juin 2015, alors que le pays faisait face à une grande crise.

Le Burundi est un pays de l'Afrique de l'Est ne possédant pas d'accès à la mer mais un grand lac nommé Tanganyika ,le nom de la capital de ce pays est Bujumbura. Le Burundi est une république multi-partite à régime présidentiel où le Président occupe les charges de chef de l'État et chef du gouvernement. L'économie du Burundi repose sur l'agriculture et l'élevage,c'est donc un pays particulièrement pauvre.

Goran Tomasevic est né en 1969,c'est un photographe serbe notamment présent dans plusieurs conflits comme l'Afghanistan,la Lybie et La Syrie. Le travail de Tomasevic a été reconnu par de nombreux prix internationaux prestigieux. Il a passé plus de 20 ans à voyager dans le monde pour couvrir les plus grandes histoires du monde. Tomasevic était le seul photographe travaillant pour la presse étrangère durant le conflit au Kosovo.

Les gens manifestent contre Pierre Nkurunziza qui est leur président. Les forces de l'ordre sont donc obligées d'intervenir,de façon meurtrière parfois pour faire taire les protestants.

Sur cette photographie,on voit une femme agressée par des manifestants parce qu'elle aurait blessé voir tué certains manifestants. Au premier plan, un policier essaie de la protéger contre les habitants,qui veulent se venger d'elle. Il est devant elle,il l'a bloque contre le mur pour empêcher les manifestants de l'atteindre,il tient un talkie-walkie et n'a pas d'arme.

On peut les apercevoir sur le côté droit de la photo,les mains tendues et même avec des pierres à la main : on a l'impression qu'ils veulent la lapider.

La policière,coincée contre le mur, est apeurée et tient son arme dans sa main droite qu'elle maintient sur son collègue.

Le fond de la photo est un mur en briques orangées, les couleurs sont chaudes. La photo est entièrement fermée, ce qui nous montre que la scène est sans issue.

Je trouve cette photo puissante,grâce à elle,on peut imaginer la douleur que peut ressentir cette femme martyrisée par ces manifestants. On peut voir la réalité et à quelle point la brutalité des choses peut-être lors des manifestations.

 

Aucun commentaire pour le moment.

Modifier le commentaire 

le 06 oct. 2015 à 16:19

haut de page