Un festival émouvant face au virus « Ebola » ALMERAS Mathilde

Catégorie : 2015-2016

Un festival émouvant face au virus « Ebola »

       Le photojournaliste Daniel BEREHULAK qui travaille pour le journal « New York Time » a commencé son reportage sur le virus « Ebola », à Monrovia ( au Liberia ) le 22 Août 2014. Cette photo représente pour moi le symbole de la tristesse, de la cruauté. Cette maladie a tué beaucoup d’individus de tout âge ainsi que des enfants. Ce qui m’a le plus touchée dans cette photo c'est la légende. On y parle de clinique locale, centre de traitement JFK, mais pourtant ce petit garçon qui s’appelle JAMES DORBOR à peine âgé de huit ans et mort. Ces personnes qui auraient pu essayer de l’aider, le soigner et peut-être le sauver ne l’ont pas fait à cause de leur peur. Le Papa lui aussi sans protection a eu peur d’être contaminé. Alors JAMES est décédé seul dans une rue dans l’ignorance de tous.

     La population a tellement peur de la maladie que même les personne qui évacuent les morts sont vigilantes : on peut le voir sur la tenue que porte les homme qui transportent l'enfant (masque, combinaison, lunette … ) ainsi que la manière de le transporter . On dirait qu’ils portent un « sac de patates » et non un être humain. Il est  mort,  mais ce n'est pas une raison de le faire de cette façon. Quand je vois cela j'ai le sentiment que ces deux individus ont envie de se débarrasser de ce cadavre rapidement. C’est la dure réalité et cela est triste, aucune solidarité.

      Le cadrage de la photo est centré sur les deux hommes et le petit garçon, on peut apercevoir un contraste frappant entre le jaune des combinaisons, les rayures oranges et noires du t-shirt du garçon ainsi que les taules bleu avec la croix jaune qui rappelle la couleur des combinaisons à l'arrière- plan : ce sont des couleurs vives qui dominent sur cette photo, sauf le sol en terre battue, jonché de détritus.

      Les lignes verticales des taules bleus en arrière-plan enferment cette photo.

 

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Modifier le commentaire 

par Mathilde ALMERAS le 06 oct. 2015 à 16:21

haut de page