Une photo choc

Catégorie : 2015-2016

Une photo choc

Centre de Monrovia, Liberia, le 18 septembre 2014

 

Visa pour l'image :Visa pour l'image est un festival crée par Jean François Leroy, qui réuni les photojournalistes à Perpignan.

 

L'image qui m'a marquée:

    Daniel Berehulak,un photojournaliste a été envoyé au Liberia pour le « New York Times » et aussi par curiosité professionnelle. Daniel Berehulak a suivi l'évolution de l'épidémie  Ebola dès qu'elle a commencé à se répandre.

   

    En effet le Liberia a été le pays le plus touché par l'épidémie, cette maladie mortelle hautement contagieuse,qui se transmet par voie respiratoire,par le contact avec du sang,la salive, la sueur ou les vomissures.

   

    Les conditions d'hygiènes sont choquantes, le Liberia est un pays pauvre où les conditions de vie sont extrêmes,des difficultés à produire des récoltes à cause des contaminations de la maladie,un manque d'eau potable,un manque de nourriture. Plus de 90% de la population vit avec moins de 2 euros par jour. En effet, le taux de chômages est estimé aujourd'hui à 85%.

 

   On peut penser que la photo a été prise dans une pièce glauque, on aperçoit un cadavre celui d'un homme intact, vêtu d'un T-shirt bleu et d'un short rose situé au centre de l'image. Autour de lui, il y a 5 personnes en combinaisons.Ils sont tous équipés de gants de protection. On peut penser qu'ils mettent le cadavre de l'homme sur une bache pour le transporter.

  

   J'ai choisi cette photo, parce que je trouve qu'elle représente bien la gravité de la maladie Ebola : cette maladie mortelle contre laquelle il n'existe aucun remède.

   

   Cette photo prouve aussi qu'il faut être solidaires. Ces gens travaillent proches de la mort,le risque d'être contaminé est énorme. Leur courage est extraordinaire.

 

Aucun commentaire pour le moment.

Modifier le commentaire 

par Tessa VIDAL le 30 sept. 2015 à 06:37

haut de page